Accueil Sorties culturelles Les cafés littéraires
Agenda des évènements
Prochain rendez-vous :
Agenda :
Avril
2021
  • LUN
  • MAR
  • MER
  • JEU
  • VEN
  • SAM
  • DIM
  •  
  •  
  •  
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  •  
  •  
 
Contact
Pour toutes vos questions, contactez-nous :
Contact
Par téléphone :
Par courrier :
10, Chemin des Côtes
28130 Saint-Martin-de-Nigelles
Par mail :
Contact pour adhésion et assurance :
Par formulaire de contact :
En cliquant ICI ou sur l'oreille !
Partenaires

Associations :

Fabriquants :

Les cafés littéraires

 

En raison de la situation sanitaire liée au Covid 19, les cafés littéraires de mars et mai 2020 ont dû être annulés. Mais le dynamisme du groupe a surmonté les difficultés et sept cafés littéraires se sont succédés en visioconférence de mai 2020 à mars 2021. Des réunions très appréciées, même si l'effectif y était réduit dû aux difficultés de connexion. Nous espérons pouvoir reprendre les réunions 'en présentiel' à la Fondation Agir pour l'Audition dès que le virus aura reculé. Pour l'instant aucune date précise n'a pu être fixée. Nous vous la ferons connaître dès que possible.

La prochaine réunion est programmée en visioconférence le jeudi 20 mai 2021.


 

 

(café littéraire en distanciel)

 

 Organisation pratique (hors période Covid-19)

Le Café Littéraire de l'ANIC (anciennement AIFIC) se déroule dans les locaux de la Fondation pour l'audition de 14 h à 17 h 30. L’acoustique de la salle mise à notre disposition est excellente, avec très peu d’écho. Associées à nos bonnes habitudes de parler un seul à la fois, les conditions d’audition/compréhension sont parfaites !

Adresse :

FONDATION pour l'AUDITION (Agir pour l'audition)

13 rue Moreau 

PARIS - 75012

Tel. : 01 55 78 20 10

5ème étage - Ascenseur et interphone

Métro Bastille (sortie Hôpital des 15/20 ou Opéra) ou Métro Ledru Rollin

 

Inscription et renseignements auprès de Frédérique Granier : gabel34@hotmail.fr

 

 

 Les cafés littéraires

Le premier Café Littéraire de l'association, alors nommée AIFIC, a été créé le 26 octobre 2008 par Frédérique Granier et s’est réuni chez une adhérente, Hélène Bergmann, autour d'une tasse de café assortie de quelques bons gâteaux.

Depuis le 10 décembre 2015, il se tient dans les locaux de la Fondation pour l'Audition de 14 heures à 17 h 30. Sa fréquence vient d'augmenter et l'intervalle entre deux réunions est désormais de six semaines environ.

Les règles sont simples: apporter un livre fortement apprécié qu'il soit de littérature ancienne ou contemporaine, française ou étrangère afin de le présenter et de faire partager son enthousiasme aux autres membres du Café. Et parfois en lire un bref extrait. Par la suite, les échanges s'engagent librement sur l'auteur, le sujet ou l'époque dans une ambiance très conviviale dans le respect de chacun.

La particularité du Café Littéraire de l'ANIC est que tous les participants sont porteurs d'implant cochléaire et que s'est instaurée entre eux une discipline spontanée qui permet à chacun de s'exprimer à sa manière sans être interrompu, sans avoir à couvrir des conversations annexes et en étant sûrs d'être compris par les autres. Ces échanges sont aussi un excellent exercice pour l'écoute implantée et la lecture labiale.

 

 

 Chronique du dernier café littéraire

(On peut accéder aux chroniques des réunions précédentes en cliquant simplement sur un lien dans la rubrique ‘cafés littéraires précédents’ ci-dessous)

 

Livres présentés lors de notre réunion en vidéo-conférence du 25 mars 2021

Suite à la situation sanitaire créée par l'épidémie de Covid-19, nous n'avons pas pu nous réunir depuis le printemps 2020 dans les locaux aimablement mis à notre disposition par la Fondation pour l'Audition. Nous avions espoir qu'à l'automne la situation s'améliorerait et nous avions programmé pour octobre un café littéraire en 'présentiel' dans un jardin public. Mais le méchant virus ne lachant pas prise nous avons dû renoncer et nous rabattre vers un télécafé. Mais l'idée d'un café littéraire sur la pelouse ou sous les arbres est gardée !

Nous préférerions tous une réunion en 'présentiel' à l'ambiance certainement plus plaisante, mais vu les circonstances, si l'on dispose d'un ordinateur, le café littéraire en visioconférence garde ses avantages : on évite les transports en commun, pas besoin de masque, chacun reste chez soi mais tout le monde voit tout le monde et on peut présenter son livre aux autres sans difficulté. Et même si on est à l'autre bout de la France, il suffit d'une connexion internet pour participer ! Et donc le café littéraire en visioconférence est parfaitement accessible aux adhérents de province.

 

(Capture d'écran pendant le télécafé du 16 juin)

 

Mon père et ma mère d’Aharon Appelfeld

A.Appelfeld nous narre les vacances d'été 1936 d'un groupe de juifs au bord de la Pruth, affluent du Danube, vues par les yeux d'un petit garçon, Erwin, de 10 ans et 7 mois. Ce n'est pas autobiographique puisque Aharon avait 6/7 ans lors de telles vacances. Erwin est très touché par les rapports plus ou moins accordés de son père et de sa mère à qui il ressemble. L'atmosphère du livre est douce bien qu'il nous fasse sentir l'anxiété qui monte peu à peu dans le groupe. Partir ?  Rester jusqu'au bout des vacances ?

Michèle C.-L.

 

Les fraternités de Philippe Papin

Un très vieil homme retourne dans les années 2000 au Viêt-Nam pour consulter les archives. Il est né en 1927, à Hanoï, de parents français. Pendant la 2ème guerre mondiale, des français antisémites attaquent ses parents d’origine juive, sous ses yeux et ceux de son frère. Ses parents et son frère meurent de désespoir au bout de quelques mois et il se retrouve seul à 18 ans. Devenu « anti-français » à cause de ces évènements et admirateur d’Ho-Chi-Minh, il adhère au Vietminh. Il est envoyé dans un camp de formation, puis des tâches lui sont confiées. Mais il est choqué par ce qu’on lui demande de faire et proteste, si bien qu’il est expulsé en 1957. Mais pendant toutes ces années, il a eu néanmoins l’impression d’être protégé ; et il va trouver la réponse lors de son retour au Viêt-Nam.

Marie-Agnès P.

 

Les conflits d’une mère :  Marie-Thérèse d'Autriche et ses enfants d’Elisabeth Badinter, philosophe, sociologue, féministe et femme d'affaires. Livre édité en novembre 2020 chez Flammarion.
Elisabeth Badinter écrit le portrait d'une femme de pouvoir, Marie-Thérèse d'Autriche (1717-1780), souveraine la plus puissante d'Europe au milieu du 18ème siècle, saluée pour son charme et son grand pouvoir de séduction mais au caractère d'acier. Epouse de François-Etienne 1er de Lorraine (1708-1765), elle lui montre une affection jamais démentie malgré son côté volage, il se repose totalement sur elle. Mère de 16 enfants, 11 filles et 5 garçons dont 7 enfants qu'elle perdra, 4 en bas-âge et 3 jeunes adultes.

Le souci des enfants n'était pas à la mode à cette époque, l'enfant était vu comme un être imparfait, ignorant, capricieux, naturellement coupable. La pédagogie prêchait une éducation répressive, froide et sévère. Marie-Thérèse et son époux ont été des parents attentifs et présents. Marie-Thérèse incarne l'autorité, la sévérité et la rigueur. Elle inaugure une nouvelle étape de l'histoire des mères, celle de la maternité active, responsable de la vie de chacun de ses enfants et coupable de leurs difficultés, Une mère qui pleure ses enfants morts, s'angoisse quand ils sont malades, s'intéresse à leur éducation. Une vraie mère et non une mère de parade ...  Ses gouvernantes et intimes la qualifie de 'tendre mère', soucieuse de ses enfants : "L'éducation de mes enfants a toujours été mon plus cher objet", disait-elle.

Marie-Thérèse souffrit de mélancolie et de dépression post-partum après ses nombreux accouchements. La situation dramatique dans laquelle se trouve l'empire en guerre contre Frédéric II et une grande partie de l'Europe l'épuise. Son état s'aggravera à la mort de son mari, elle s'enfermera dans la solitude et la pratique religieuse.

Marie-Thérèse a clairement privilégié 3 de ses enfants, introduisant le poison de la jalousie dans la fratrie. Ils se déchireront. Elle n'a pas réussi à créer une famille unie, elle en est responsable mais pas condamnable, elle s'est occupée de ses enfants comme nulle autre à son époque, Elle fut une mère trop sévère, autoritaire, méfiante, bref, elle n'était pas une mère parfaite mais qui peut se vanter d'en être une ... ?

J'ai aimé ce livre qui révèle ce qu'était l'éducation des enfants à l'époque, les ravages de la maladie, une médecine impuissante, la mortalité si élevée qu'elle finissait par être anodine.  Beaucoup de progrès depuis et tant mieux.

Ginette C.

 

L’anomalie de Hervé Le Tellier, prix Goncourt 2020

Hervé Le Tellier, écrivain mais aussi poète, journaliste, chroniqueur, intervenant à la radio … etc est depuis 2019 président de l’Oulipo (Ouvroir de Littérature Potentielle).

Son dernier roman, L’anomalie, à l’intrigue surprenante est superbe. Un vol Air France Paris-New York traverse au-dessus de l’Atlantique une zone de très violentes perturbations orageuses mais il parvient à se sortir de cette zone et à s’approcher de New York. Là, le contrôle aérien réagit de manière surprenante à l’arrivée de l’avion et le déroute vers un aéroport militaire proche. L’avion et ses passagers sont alors mis au secret sur cette base, car il y a eu une ‘anomalie’ dans ce vol et les autorités américaines (le président, l’armée, la CIA, le FBI, les représentants des religions …) et les autorités françaises ne savent pas comment gérer cette situation ‘anormale’. On n’apprend la teneur de cette anomalie que progressivement et elle est particulièrement déroutante ! Le roman suit en parallèle un certain nombre de protagonistes (le pilote, quelques passagers, des membres de l’armée) avant et après l’anomalie, prétexte à des intrigues romanesques parallèles de tous types. On découvre ainsi différentes manières de réagir, individuellement ou collectivement, à une situation où la réalité du monde visible vacille. Et à la fin, on voit comment les institutions se protègeront du retour de telles ‘anomalies’. Tout cela est écrit avec une certaine distance et beaucoup d’humour. Un grand plaisir de lecture …

Jean-Pierre G.

 

Crénom Baudelaire de Jean Teulé

Dans son dernier ouvrage paru fin 2020, Jean Teulé se glisse à sa façon dans l'ombre de Charles Baudelaire comme il l'a fait précédemment avec Rembrandt, Verlaine et Villon.

Dans cette biographie imagée, truffée de détails fleuris parfois grivois, Jean Teulé jongle avec ses mots lesquels s'accordent à merveille avec les vers de ce poète mort à 44 ans de la syphilis, en s'attardant plutôt sur le personnage : dandy accro à l'absinthe, drogué à l'opium, insupportable, narcissique, provocateur pour qui les femmes ne sont que des femelles... Cette biographie à l'aspect rabelaisien est ponctuée de poèmes des Fleurs du Mal au fur et à mesure que l'auteur retrace la vie mouvementée de Baudelaire.

Crénom ! aurait-il dit...

Proche de la mort, l'image du poète à sa table de travail muni d’une serviette imbibée d'essence de térébenthine enroulée autour de sa tête tant il souffre de névralgies est saisissante ! D'ailleurs, le dernier poème inclus dans ce livre, L'horloge, annonce les derniers jours de Baudelaire...

Tantôt sonnera l'heure où le divin Hasard

Où l'auguste Vertu, ton épouse encor vierge

Où le Repentir même (oh ! la dernière auberge !)

Où tout te dira : Meurs vieux lâche ! il est trop tard !

Frédérique G.

 

Les gens de Mogador d'Elisabeth Barbier, romancière née en 1911 à Nîmes décédée en 1996, elle a été membre du jury Femina.

Nous suivons sur trois générations la vie de cette famille attachée à sa terre natale de Provence, son domaine, ses traditions, son éducation, qui pourtant seront bouleversés par l'évolution de la vie, la politique, les guerres. Avec les nouvelles responsabilités féminines vient le refus de certaines traditions : les mariages organisés, le désir de choisir sa vie, son bonheur, sa politique.
Julia, Ludivine, Dominique marqueront chacune leur époque avec beaucoup de détermination, de courage et de volonté.

J’ai aimé lire l'histoire de cette famille, aux caractères forts, avec leurs joies, leurs peines, leurs espérances.
J'ai oublié nos difficultés actuelles pendant cette lecture et "j'espère" leur fin !

Léone B.

 

 

 

 Cafés littéraires précédents (cliquer sur la date)

Janvier 2021

Novembre 2020

Octobre 2020

Septembre 2020

Juin 2020

Mai 2020

Janvier 2020

Année 2019

Année 2018

Année 2017

Années 2015-2016