Accueil L’implant Cochléaire Chroniques médicales IC et acouphènes
Agenda des évènements
Prochain rendez-vous :
Agenda :
Août
2022
  • LUN
  • MAR
  • MER
  • JEU
  • VEN
  • SAM
  • DIM
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31
  •  
  •  
  •  
  •  
 
Contact
Pour toutes vos questions, contactez-nous :
Contact
Par téléphone :
Par courrier :
21, rue Ronsard
91470 Limours
Par mail :
Contact pour adhésion et assurance :
Par formulaire de contact :
En cliquant ICI ou sur l'oreille !
Partenaires

Associations :

Fabriquants :

Comprendre les acouphènes

par le Dr C.Poncet-Wallet

 

Selon les études, 5 à 10 % de la population générale présente des acouphènes plus ou moins bien tolérés. Ils témoignent, dans une immense majorité des cas, d'une atteinte auditive. En effet les causes sont multiples, souvent intriquées. Elles doivent toujours donner lieu à un bilan complet avec en premier lieu un examen ORL. C’est lui qui orientera vers d’autres examens (imagerie, électrophysiologie, analyses sanguines,..) ou vers des confrères spécialisés s’il le faut. Malheureusement le traitement de la cause n’entraîne pas toujours la disparition des acouphènes, laissant ainsi une cicatrice, non pas disgracieuse car invisible, mais trop souvent douloureuse.

La population des malentendants connait bien les acouphènes, plus ou moins bien tolérés, entraînant parfois une grande souffrance. Pour expliquer le phénomène, un parallèle est souvent fait entre la douleur présentée par les patients qui ont été amputés d’un membre et l’acouphène témoignant d’une anomalie sur les voies auditives.

Il n’y a pas qu’un seul traitement des acouphènes, car aujourd’hui le thérapeute bénéficie d’une palette de prises en charge : médicamenteuses, prothétiques, psychothérapeutiques, médecines douces… C’est au contraire parfois difficile de proposer, une fois la cause des acouphènes identifiée, la thérapie adaptée pour chaque patient qui souffre d’acouphènes. Une approche psychologique est à mon avis toujours essentielle. Elle va des explications et des conseils, à une prise en charge par thérapie cognitive et comportementale.  Il est également possible de proposer une prise en charge sophrologique. Ce type de thérapies vise à ce que le patient comprenne ce qui lui arrive et mette en place les phénomènes naturels de compensation et d’habituation.

C’est en toute logique que pour améliorer les patients souffrant d’acouphènes, les cliniciens choisissent une approche auditive avec des thérapies sonores et une « correction » de la surdité. Jastreboff dans les années 1990 a proposé un schéma explicatif et une thérapie sonore passant par une stimulation auditive visant non pas à masquer l’acouphène mais plutôt à le mélanger à un bruit de fond (bruit non informatif, représentant un spectre sonore large) mis volontairement au moins 6h/jour et surtout accompagné d’une thérapie comportementale et cognitive. Cette thérapie a l’avantage de pouvoir s’appliquer aux patients dont l’audiogramme ne retrouvait pas d’anomalie particulière. La possibilité d’avoir ce type de thérapie sonore a rapidement été proposée en complément sur certaines prothèses auditives. Si de nombreuses études ont été réalisées pour vérifier l’efficacité, les résultats ne sont pas unanimes mais plutôt favorables.

Corriger la surdité peut passer par un appareillage auditif conventionnel ou par de la chirurgie voire par un couplage des deux avec la pose chirurgicale d’une prothèse visant à restaurer une audition. Selon Quaranta, 86 % des patients adultes candidats à une implantation cochléaire rapportent des acouphènes. Nous savons que dans l’immense majorité des cas, l’implantation cochléaire va apporter un bénéfice sur les acouphènes. Ce bénéfice peut être immédiat dès l’activation ou retardé lorsque va s’installer le bénéfice auditif de l’implant cochléaire, il est noté dans 86 % des implantations cochléaires. Certains auteurs observent même une suppression totale des acouphènes (dans 29 à 100 % des cas selon les séries). Cependant il n’est pas facile de généraliser car exceptionnellement les acouphènes ne sont pas améliorés après l’implantation ni calmés par le port du processeur externe.

Récemment, nous avons coordonné à l’hôpital Rothschild, grâce au soutien du fabricant Oticon Medical, une étude réalisée dans 7 centres français. Cette étude avait pour but d’observer l’évolution des acouphènes après implantation cochléaire chez les patients présentant une surdité strictement unilatérale souffrant d’acouphènes invalidants sur l’oreille cophosée. Sur les 27 participants qui ont terminé le protocole, nous avons noté une diminution significative de tous les indices mesurant l’intensité des acouphènes, la gêne ou la détresse psychologique générées par les acouphènes. Cependant 2 participants ont abandonné l’étude en cours de route par manque de bénéfice pour l’un et du fait d’une augmentation de l’acouphène pour l’autre.  

Illustration tirée de l’étude réalisée dans le service et citée : « Traitement de l'acouphène par implant cochléaire Digisonic SP dans le cadre de la surdité unilatérale »

Nous n’avons pas trouvé de corrélation significative entre l’amélioration de l’acouphène et les scores de compréhension de la parole avec l’implant. Cependant, plus la compréhension dans le bruit sans l’implant est difficile plus le bénéfice observé sur le score du questionnaire de sévérité de l’acouphène est grand.

 

 (Illustration tirée de l’étude réalisée dans le service et citée : « Traitement de l'acouphène par implant cochléaire Digisonic SP dans le cadre de la surdité unilatérale »)

Cette étude ainsi que celle coordonnée par le professeur Mathieu Marx à Toulouse, ont permis de témoigner des bénéfices apportés par l’implant cochléaire chez les patients souffrant d’une surdité unilatérale avec acouphènes, non seulement sur l’intensité des acouphènes mais aussi en terme de qualité de vie et d’un point de vue médico-économique. Nous attendons prochainement d’avoir en France, une extension des indications de l’implant cochléaire pour ces cas difficiles.

 Au quotidien, nous voyons que l’effet de l’implantation cochléaire sur les acouphènes est réel. Il n’est probablement pas que lié à la stimulation auditive, les bénéfices en termes d’amélioration de l’audition, de la qualité de vie concourent très probablement à ces résultats très positifs de l’implantation cochléaire.


Permettez-moi de signaler le très remarquable témoignage fait par Frédéric Deban dans son dernier ouvrage paru aux Editions Trédaniel : Journal d’une renaissance.

Frédéric Deban est comédien au cinéma et à la télévision. Il a été opéré par le Professeur Fcachet

    

 

 

Dr Christine PONCET-WALLET
Cheffe de service
CRIC Consultation ORL
Département Médico-Universitaire CHIR
(Chirurgies Innovations et Recherches)
AP-HP.Sorbonne Université

 

 

 

Pour en savoir plus:

Tinnitus and cochlear implantation
Nicola Quaranta, Sherryl Wagstaff &David M. Baguley.

Pages 245-251 Published online: 07 Jul 2009 https://doi.org/10.1080/14992020400050033

The effect of unilateral multichannel cochlear implant on bilaterally perceived tinnitus
N. Quaranta, S. Fernandez-Vega, C. D'Elia, R. Filipo &A. Quaranta
, Published online: 08 Jul 2009
https://doi.org/10.1080/00016480701387173

The effects of unilateral cochlear implantation on the tinnitus handicap inventory and the influence on quality of life Amoodi, H.A., Mick, P.T., Shipp, D.B., Friesen, L.M., Nedzelski, J.M., Chen, J.M., Lin, V.Y.(2011). . Laryngoscope, 121:1536-1540. https://doi.org/10.1002/lary.21851.

Tinnitus in Cochlear Implant Users: The Freiburg ExperienceAschendorff, A., Pabst, G., Klenzner, T., Laszig, R. (1998). . Int Tinnitus J, 4:162-164.

Tinnitus: etiology, classification, characteristics, and treatment. Chan, Y. (2009) Discov Med, 8:133-136.

 Cochlear implantation as a treatment for single-sided deafness and asymmetric hearing loss: a randomized controlled evaluation of cost-utility Marx M, Costa N, Lepage B, Taoui S,  Molinier L, Deguine O, Fraysse B. BMC Ear Nose Throat Disord,  2019 Feb 4;19:1. DOI: 10.1186/s12901-019-0066-7

Cochlear Implantation and Other Treatments in Single-Sided Deafness and Asymmetric Hearing Loss: Results of a National Multicenter Study Including a Randomized Controlled Trial. Marx M, Mosnier I, Venail F, Mondain M, Uziel A, Bakhos D, Lescanne E, N'Guyen Y, Bernardeschi D, Sterkers O, Deguine O, Lepage B, Godey B, Schmerber S, Bonne NX, Vincent C, Fraysse B.Audiol Neurootol. 2021 Mar 31:1-11. https://doi.org/10.1159/000514085.

Acouphènes. Classification et évolution. B. Frachet, C. Poncet-Wallet, E. Harboun-Cohen, Y. Ormezzano. Revue du Praticien, T8 N° 271, 1994.

La consultation acouphène à l'hôpital Avicenne à Bobigny. Poncet-Wallet C, Soued I, Toffin C, Sibony N, Frachet B. Les cahiers de l'Audition, vol. 16, Nov.- déc. 2003, N° 6

Prospective Multicentric Follow-up Study of Cochlear Implantation in Adults With Single-Sided Deafness: Tinnitus and Audiological Outcomes. Poncet-Wallet C, Mamelle E, Godey B, Truy E, Guevara N, Ardoint M, Gnansia D, Hoen M, Saaï S, Mosnier I, Lescanne E, Bakhos D, Vincent C. Otol Neurotol. 2020 Apr.  https://doi.org/10.1097/MAO.0000000000002564