Accueil Témoignages Témoignage hôpital
Agenda des évènements
Agenda :
Octobre
2021
  • LUN
  • MAR
  • MER
  • JEU
  • VEN
  • SAM
  • DIM
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31
 
Contact
Pour toutes vos questions, contactez-nous :
Contact
Par téléphone :
Par courrier :
10, Chemin des Côtes
28130 Saint-Martin-de-Nigelles
Par mail :
Contact pour adhésion et assurance :
Par formulaire de contact :
En cliquant ICI ou sur l'oreille !
Partenaires

Associations :

Fabriquants :

Malentendante et implantée à l’hôpital

au temps de la COVID

 

 

Je suis malentendante, implantée cochléaire d'une oreille et prothèse auditive de l'autre. J’ai été hospitalisée récemment pour une intervention chirurgicale, alitée la plupart du temps. Il m'a paru difficile de garder le processeur de l'implant et ses accessoires dans une chambre d'hôpital et j’avais donc décidé de le laisser à la maison le temps de l'hospitalisation, ayant la chance d'entendre à peu près avec mon autre appareil, aidée bien sûr, dans certaines situations, de la lecture labiale qui complète l'audition. 

Mon badge à l'hôpital

       Or, je me suis rendue compte que le personnel médical était peu sensibilisé aux difficultés des malentendants. J’avais accroché à ma chemise de nuit, le badge du Bucodes ‘J’entends mal, parlez-moi doucement en articulant bien, merci‘. Certains prenaient le temps de le regarder (on m’a même demandé où je me l’étais procuré !), d'autres trop pressés l'ignoraient. Je me suis même disputée avec un médecin qui s'énervait parce que je ne comprenais pas, alors que je lui montrais mon badge !  Il s'est montré plus patient par la suite. 

Je voulais garder ma prothèse auditive pendant l'intervention chirurgicale sous anesthésie locale, pour pouvoir suivre les recommandations. Le médecin du service et le chirurgien me l'avaient permis. Or, en salle d'opération, une infirmière contestait cette décision et me priait d'enlever ma prothèse 'pour mon bien’ (!), j’ai refusé et elle a fini par accepter.

Avec les masques de protection anti-COVID, ne pas entendre et ne pas lire sur les lèvres, c'est l'horreur. Les difficultés de compréhension sont inévitables, aucun soignant n'avait de masque transparent, pourtant certains sont commercialisés (voir par exemple notre page sur les masques transparents ici et ici).          

Un détail supplémentaire : il y avait un poste de télévision dans la chambre mais il était impossible d’y mettre les sous titres, ‘ce n’était pas programmé’ ! Cela m’aurait pourtant permis de passer plus agréablement les heures d’attente …

L’intervention chirurgicale s’est très bien passée, je suis très satisfaite de l’aspect médical. Mais l’accueil des malentendants laisse encore à désirer. Lorsqu’on est hospitalisé, on est stressé sur l’aspect médical proprement dit ; ne pas comprendre ce qu’on nous dit, avoir de gros problèmes à communiquer, à se faire entendre augmente certainement ce stress ! Cela pourrait être évité !

Une campagne dans les médias sur la malentendance, handicap invisible et très gênant pour les 6 millions de malentendants que nous sommes, serait encore bien nécessaire malgré la loi handicap de 2005.


Une adhérente.      

 

 

Exemples de badges imprimables préparés par le Bucodes-Surdifrance (téléchargeables sur leur site en cliquant ici )