Accueil actualités Actualités précédentes Danger des sons compressés
Agenda des évènements
Prochain rendez-vous :
Agenda :
Avril
2024
  • LUN
  • MAR
  • MER
  • JEU
  • VEN
  • SAM
  • DIM
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
 
Contact
Pour toutes vos questions, contactez-nous :
Contact
Par téléphone :
Par courrier :
21, rue Ronsard
91470 Limours
Par mail :
Contact pour adhésion et assurance :
Par formulaire de contact :
En cliquant ICI ou sur l'oreille !
Partenaires

Associations :

Fabriquants :

Danger des sons compressés

 

Une étude récente, dirigée par le Pr Paul Avan, professeur de biophysique à l’université de Clermont-Auvergne, a montré que l'exposition de cochons d'Inde à des sons compressés amenait une fatigue auditive marquée qui se dissipait beaucoup plus tardivement que lors d'une exposition à un son 'normal', même de la même intensité.

Les sons compressés sont actuellement présents dans nombre d'environnements : publicités, reproduction de la musique, téléphone, visioconférences... Le principe est de remonter les sons faibles dans une séquence sonore, de sorte qu'ils soient toujours perçus par l'oreille, même en présence d'un bruit ambiant notable. Dans une séquence sonore classique, il existe de petits intervalles où le son est plus faible et qui permettent à l'oreille de 'se reposer'. Sans ces courts moments de repos, l'oreille fatigue énormément.

D'après le Pr Avan, cette technique a été historiquement développée pour pallier les situations où la reproduction sonore était de qualité moyenne ou médiocre. Mais les progrès de cette technique sont tels aujourd'hui que l'utilisation de sons compressés ne se justifie plus vraiment, sauf si l'on tient absolument à diffuser un son qui couvre tous les autres bruits ambiants et être sûr qu'il capte l'attention de l'auditeur. Pour se protéger des sons compressés, il est très important de se ménager des pauses dans l'exposition à ces sons. La possibilité de créer une norme ou un label pour les sons compressés ou non est aussi envisagée.

 

Pour en savoir plus :

- Un article avec une interview très claire du Pr Avan dans Essentiel Santé Magazine : cliquer ici.

- Une autre interview du Pr Avan dans Audiologie Demain : cliquer ici.

- Un article dans Femina avec une interview de Christian Hugonnet, ingénieur acousticien et président fondateur de l’association La Semaine du son. Cliquer ici.